MétroPole > Actualités > septembre 2004 RSS Version imprimable
M14
Actualités
Un signal violet qui aurait pu rendre verts les voyageurs de Météor

La couleur pourpre 20 septembre 2004

Participant à sa façon aux Journées du Patrimoine, la ligne Métro14 a remis hier après-midi le conducteur à l’honneur, après un incident de signalisation qui a bloqué deux rames sous tunnel et créé 45 minutes d’interruption.

Un train, ça va ; deux trains, bonjour les dégâts...

JPEG - 7.4 ko
En avant !

L’incident trouve son origine peu après 17h30, quand la rame CA 07 s’arrête inopinément quelques centaines de mètres après son départ dans l’interstation St-Lazare - Madeleine. Cet arrêt déclenche immédiatement une alarme au Poste de Commande Centralisé (PCC) de la ligne Métro14 à Bercy ; mais tandis que les opérateurs s’emploient à diagnostiquer la nature exacte du problème, et à essayer de dépanner l’anomalie (que l’on espère toujours pouvoir résoudre en quelques instants...), les secondes filent. Et c’est au moment où une deuxième rame s’immobilise sous tunnel - la CA 21, expédiée automatiquement de St-Lazare par le système d’exploitation (SAET) environ 2 min 30 après la CA 07 - que le PCC se déclare en situation d’incident sérieux, et sonne le branle-bas de combat.

Il est alors 17h34 ; pour pouvoir gérer la situation sans se laisser déborder, le PCC arrête la circulation sur la ligne, en retenant les rames à quai au fur et à mesure qu’elles arrivent dans chaque station. Les premières annonces sono informent les voyageurs de façon laconique qu’« à la suite d’un incident technique à la station Madeleine, le trafic est interrompu sur l’ensemble de la ligne Métro14 ». Et les équipes mobiles présentes en station sont dépêchées sur les quais, notamment à St-Lazare, pour renseigner et réorienter les voyageurs qui le souhaitent vers d’autres itinéraires, et être prêtes à gérer l’évolution de la situation.

Avancée à quai de départ (quai 1) sitôt la CA 07 partie, la rame CA 16 débute donc un long stationnement à St-Lazare. La CA 14, arrivée derrière elle, est garée dans la position de retournement, laissant la place au quai d’arrivée (quai 2) à la rame CA 20. Ce sera la dernière à parvenir à St-Lazare, à 17h36.

PNG - 10.2 ko
Position des navettes au début de l’interruption (17h36)
Pour pouvoir évacuer les rames CA 07 et CA 21 dès que possible, sans être gêné par un train à quai voie 1, et se laisser la latitude d’intervenir sur les installations fixes du secteur (réinitialisation, coupure de l’alimentation, ...), le PCC décide de retourner les trains non pas à Madeleine (où c’est théoriquement possible) mais à Châtelet.

Dans les minutes qui suivent, le PCC s’efforce de dégager les deux rames immobilisées sous tunnel entre St-Lazare et Madeleine, mais les différentes tentatives de redémarrage à distance de la CA 07 échouent. Derrière elle, la CA 21 est prisonnière, et la présence d’un train à quai à St-Lazare empêche de l’évacuer par un mouvement rétrograde. En revanche, l’anomalie clairement circonscrite au secteur de Madeleine autorise le rétablissement d’un service partiel Châtelet - Bibliothèque en retournant les trains par la communication de « service provisoire » (SP) à Châtelet. C’est chose faite à 17h38.

Les voyageurs des rames arrêtées ont droit à ce moment-là à des annonces régulières, dont l’objectif est au moins autant de les détourner immédiatement vers les correspondances (les annonces effectuées directement par le PCC) que de les faire patienter (celles préenregistrées déclenchées par le stationnement forcé), puisqu’il s’agit toujours d’un « incident technique » indéterminé, dont personne, agents compris, n’a encore idée de la durée.

On reprend la maîtrise de la situation

Déjà stressante sur une ligne « classique » où le conducteur est à proximité, l’attente dans une rame immobile en tunnel est particulièrement problématique en milieu automatisé : personne que la voix du PCC pour rassurer les voyageurs, ni gérer une situation d’urgence (voyageur malade, etc.) qui risquerait de survenir. Et personne, évidemment, pour dépanner à pied d’œuvre un train immobilisé par un incident.

Or la priorité de l’exploitant reste d’évacuer, coûte que coûte, les voyageurs prisonniers du tunnel. Puisque le SAET ou la CA 07 ne veulent rien savoir, décision est ainsi prise d’envoyer sans plus tarder des « gradés d’exploitation », agents de maîtrise habilités à la conduite, récupérer les deux rames immobilisées dans l’interstation. Un est présent à Madeleine, l’autre à St-Lazare ; après appel depuis le quai pour se signaler au PCC, celui-ci les autorise à pénétrer dans le tunnel, non sans avoir réglementairement « décroché » les sous-sections concernées (coupé leur alimentation électrique) par mesure de sécurité à 17h49 [1].

L’agent parti de Madeleine est le premier à rappeler par le téléphone hautes-fréquences de sa rame pour indiquer qu’il a rejoint la CA 07, où il a d’ailleurs remarqué - sans grande surprise - au moins un voyageur plus au mieux de sa forme. Son collègue parvient peu après à bord de la CA 21, ce qui autorise le rétablissement de l’alimentation dans les sous-sections 7 et 8 à 17h56 - charge aux deux agents de maîtrise d’amener, dès lors, les deux rames jusqu’à quai à Madeleine.

JPEG - 6.7 ko
(photomontage JFD)

L’incident est généré par le signal 0811, à peu près à mi-distance de St-Lazare et Madeleine, qui est bloqué au rouge pour une raison indéterminée ; le PCC échoue à en prendre le contrôle par le SAET, et même avec sa rame basculée en commande locale, le superviseur d’exploitation à bord de la CA 07 essuie deux « plantages » lorsqu’il tente de forcer le franchissement en « conduite automatique intégrale » (CAI). Il amène donc sa rame en conduite manuelle (CM) jusqu’à Madeleine, où les voyageurs peuvent enfin être évacués, et poursuit jusqu’à Pyramides. La rame semblant à ce stade hors de cause, il l’abandonne et elle poursuit sa route vers Bibliothèque gérée par le PCC.

Dans la foulée, le deuxième agent de maîtrise annonce « la CA 21 en mouvement » à 18h01. Elle aussi passe le signal 0811 en conduite manuelle, et libère à Madeleine des voyageurs partis de St-Lazare une demi-heure plus tôt.

Tenus au courant de l’ensemble des opérations par la radio portable qui relie stations, PCC et agents en ligne, les équipes mobiles présentes sur les quais, écoutant les communications à la radio comme un oracle, ont lentement réalisé ce dont il retournait... Sans pourtant se risquer à prévoir dans combien de temps le trafic pourrait reprendre : « sur une ligne avec conducteur, un signal qui reste au rouge, c’est déjà le bazar, alors là... ». Par chance, les voyageurs sur la moitié ouest de la ligne - à qui l’on continue toutes les minutes d’annoncer la couleur, trafic interrompu entre St-Lazare et Châtelet - restent d’un calme olympien. Les pressés repartent immédiatement vers d’autres lignes, en faisant confirmer leur itinéraire par un agent si nécessaire, et les autres attendent tranquillement la suite des événements ; après tout, c’est dimanche ! Le seul qui essaie d’entonner le couplet « finalement, les lignes sans conducteur ça marche pas bien, ça fait trois fois cette semaine... » est rapidement remis en place par l’agent qu’il était venu provoquer, avec le consentement silencieux de tous les voyageurs à proximité !

Pour le Service de Sécurité, rien ne remplace le conducteur

Le signal 0811 est un signal d’annonce, couplé au signal de manœuvre 0813 immédiatement en aval (celui qui protège les communications croisées de Madeleine). Anormalement bloqué au violet (l’équivalent sur la ligne Métro14 d’un signal « rouge » habituel), il impose, sur un principe voisin du « service de sécurité » des autres lignes, le franchissement en conduite manuelle avec arrêt au pied du signal. Le franchissement doit être autorisé par une dépêche émise par radio par le « superviseur principal d’exploitation » du PCC, et collationnée par le conducteur. Celui-ci peut alors amener le train en marche à vue jusqu’au signal suivant qui, s’il est vert, l’autorise à reprendre une marche normale.

Le montage suivant va donc permettre la reprise provisoire du trafic sur la ligne entière : au départ de St-Lazare (voie 1), les rames seront accompagnées jusqu’à Madeleine par un gradé d’exploitation, qui leur fera passer le signal 0811 en conduite manuelle. Sur le reste du parcours vers Bibliothèque, et sur la voie 2 en sens inverse, la circulation sera gérée normalement par le SAET. Dans l’interstation St-Lazare - Madeleine, la vitrine du « tout automatique » va donc exceptionnellement se retrouver exploitée avec un conducteur à bord de chaque rame !

PNG - 9.7 ko
Position des navettes après dégagement des CA 07 et CA 21 sous tunnel (18h07)
Il faut d’abord qu’une rame quitte St-Lazare pour que la CA 02 puisse « monter » de Madeleine.

Seul problème : il n’y a plus de « gradé » à St-Lazare, puisque celui qui y était a acheminé la CA 21 à Madeleine. Il faut donc en faire venir (au moins) de Madeleine... Mais impossible d’utiliser une navette de la ligne Métro14 : avec un train sur chaque quai, et toutes les positions de garage occupées en arrière-station, St-Lazare affiche complet, et la rame suivante est donc bloquée à Madeleine voie 2 ! A 18h07, ordre est donné par le PCC aux agents de maîtrise présents à Madeleine de gagner St-Lazare par la ligne Métro12, et aux autres répartis sur la ligne de se rendre à St-Lazare par la première navette qui circulera sur Météor.

C’est le moment où l’on peut enfin annoncer, avec un certain soulagement, que « ça va bientôt repartir », et qu’« on attend les gradés, mais ils ne devraient plus tarder » ! Les messages sono restent évidemment plus neutres, continuant d’annoncer jusqu’au dernier moment le « trafic très perturbé » entre Châtelet et Bibliothèque, puis « sur l’ensemble de la ligne 14 ».

A 18h19, deux gradés arrivent enfin sur le quai à St-Lazare, accueillis comme des héros par l’équipe mobile toujours présente, et comme le messie par les voyageurs qui réalisent que leur train s’apprête à partir ! Après démasquage (dûment autorisé par le PCC) du pupitre de secours, sous les regards émerveillés des petits (« les enfants, on va travailler à la main, aujourd’hui ! ») et curieux des grands, le premier prend les commandes de la rame CA 16. Bref échange radio : l’autorisation de départ est donnée, les portes palières se ferment, l’indicateur lumineux d’autorisation de départ (ILADS) s’éclaire... Et, en conduite manuelle, la CA 16 s’élance sous voie libre en mettant fin à 45 minutes d’interruption.

Les autres rames sont aussitôt avancées d’une position : la CA 14 passe du tiroir au quai 1, la CA 20 du quai 2 au tiroir, et la CA 02 est enfin autorisée à quitter Madeleine pour St-Lazare, où elle parvient à 18h21. Le SP à Châtelet est supprimé, et la ligne officiellement rétablie.

A partir de la CA 14, qui s’élance de St-Lazare à 18h24, la circulation s’organise de la façon suivante :
-  un gradé (parfois accompagné d’un deuxième) monte à bord de la rame à quai à St-Lazare ;
-  le PCC se fait confirmer par radio qu’il y a bien « quelqu’un à bord de la CA... » ;
-  le gradé demande par radio l’autorisation d’ouvrir le pupitre de secours, que lui accorde le PCC ;
-  le PCC lance la procédure de départ en CAI (fermeture des portes palières, des portes du train, contrôle, allumage de l’ILADS, départ de la rame) ;
-  la rame s’immobilise seule au pied du signal 0811, puisqu’il est fermé ;

JPEG - 27 ko
Arrêt en amont du signal 0811
dont on aperçoit la lueur violette plus loin. Le gradé commute à cet instant de CAI en CM pour pouvoir franchir le signal anormalement fermé.

-  le gradé appelle par radio le PCC, et lui demande l’autorisation de franchissement : « XXX, à bord de la CA ... arrêtée au 08-11, demande l’autorisation de franchir et de parcourir l’itinéraire se terminant au 08-13 » ;
-  le superviseur principal du PCC lui délivre la dépêche l’autorisant à franchir : « le PCC pour XXX à bord de la CA ... au signal 08-11. Je te donne l’autorisation de franchissement du signal 08-11, et de parcours de l’itinéraire depuis le signal 08-11 jusqu’au signal 08-13. Dépêche délivrée le 19 septembre à ...h... » ;
-  le gradé commute le train en conduite manuelle, et démarre en marche à vue à vitesse très réduite ;
-  comme il doit en même temps tractionner, appuyer sur le bouton-poussoir de franchissement des signaux fermés, et vigiler, et qu’il n’a que deux mains, le train « plante » de lui-même en secouant quelque peu ses voyageurs... (certains gradés finiront par réclamer au PCC qu’il fasse une annonce pour prévenir les voyageurs dans le train et leur demander de se tenir !) ;
-  le signal 0811 est franchi, et le train continue en CM jusqu’au pied du signal 0813, où le conducteur l’arrête le plus soigneusement possible ;
-  il recommute en CAI ;
-  le SAET prend le relais et conduit la rame jusqu’à quai à Madeleine pendant que le gradé referme le pupitre ;
-  il descend de la rame à Madeleine, 3 à 4 minutes après son départ de St-Lazare.

A Madeleine, la rame continue ensuite normalement, pendant que le gradé change de quai ; en sens inverse, les rames sont donc retenues à quai à Madeleine le temps nécessaire, jusqu’à ce que le gradé indique par radio qu’il est à bord (puisqu’il ne faut pas interrompre le cycle !). Une fois la demi-douzaine d’agents de maîtrise présents en ligne arrivée sur le secteur, cette contrainte est assouplie, même si les navettes restent régulièrement retenues à Madeleine et Pyramides, pour régulation cette fois.

Ça tourne rond !

Cette organisation improvisée permet immédiatement - véritable tour de force en pareille situation - d’établir une fréquence aux 3 minutes [2]. Le SAET, qui récupère les trains en direction de Bibliothèque comme ils arrivent à Madeleine, peut également les y retenir pour régulation.

Madeleine v.1 Rame ->Madeleine v.2 Rame
18h34CA 20 18h35CA 11
18h37CA 02 18h38CA 17
18h40CA 04 18h40CA 071er train dégagé du tunnel en CM : a déjà fait un tour
18h44CA 18 18h44CA 212ème train dégagé du tunnel en CM
18h47CA 11 18h51CA 03dernier train ayant fait le SP à Châtelet
18h52CA 17 CA 16 garée à Bibliothèque pour fluidifier le trafic
18h54/55CA 07
18h56/58CA 21 18h58CA 142ème train parti de St-Lazare (18h24)
19h01CA 03 19h02CA 203ème train parti de St-Lazare
(...) (...)
JPEG - 25.2 ko
Prêt à repartir pour un tour...
dès l’arrivée de la prochaine rame à Madeleine (voie 2).

Finalement, après quasiment deux heures d’efforts pour résoudre un incident semble t-il purement logiciel, le PCC parvient à faire entendre raison aux installations fixes : à 19h25, partie elle aussi de St-Lazare en CAI, avec son gradé pour franchir manuellement le passage délicat, la CA 11 continue sa route normalement jusqu’à Madeleine, sans arrêt au signal 0811. L’affaire est donc close - et, cela tombe finalement à pic, juste à l’heure où les équipes mobiles du service « mixte » (après-midi) vont regagner leur attachement pour être relevées par leurs collègues de « nuit ».

Reste de ces deux heures mouvementées, dont 45 minutes d’interruption partielle, le souvenir d’un incident pas banal sur Météor, dont la sophistication a décuplé les conséquences [3]... Mais où les moyens techniques peuvent aussi servir de puissants outils (radios reliant l’ensemble des agents, SAET capable de gérer seul certaines configurations « dégradées » de la ligne), au service des hommes, jamais très loin malgré les apparences, et prêts à se mobiliser immédiatement pour faire face à l’adversité !

Dernière mise à jour
20 décembre 2004  09h25
51 messages ont été postés à la suite de cet article
Vers...
Dernier : 24/09/2007, 19h27 • Cramos
Lecture thématique
Une sélection autour du même sujet
Trafic et travaux
Métro14
Panne de signalisation
Du même auteur
Jeff :o)
Ailleurs sur le réseau
Rechercher
Notes

[1] Tout agent cheminant seul hors des zones expressément aménagées pour (garages, notamment, où le rail de traction est protégé) doit en effet être protégé contre la survenance éventuelle d’un train par une mesure dite de « couverture ». Parmi les différentes possibilités, la coupure de l’alimentation électrique est très couramment utilisée ; c’est même devenu une norme de fait lorsqu’un agent - à l’exception de quelques personnels de la voie dûment formés et équipés, notamment les parcoureurs, qui cheminent dans les tunnels à pied pour vérifier l’état des installations - est amené à pénétrer dans le tunnel courant.

[2] A comparer aux 2 min 30 environ du service normal le dimanche !

[3] Rançon de l’automatisme : sur une autre ligne de métro, un signal bloqué au rouge crée inévitablement des retards et oblige généralement à espacer les trains, mais ne bloque personne sous tunnel, ni ne crée une interruption aussi longue.

Vers...
Ça bouge sur le réseau Pep’s
Vers...
Dernier : 24/09/2007, 19h27 • Cramos
Vers...
L'actualité du mois
Vers...
Une nouvelle « microligne » au Nord-Est ?


 Forum

51 message(s) a (ont) été posté(s) à la suite de cet article, dans 7 discussion(s) :
1. La couleur pourpre : question(s)
24 février 2006, par portix
2. Météor bloqué !
23 février 2006, par Lechat78
3. > La couleur pourpre
24 octobre 2004, par Jean-Louis Boulanger
4. > La couleur pourpre
23 octobre 2004, par Hugues
5. ligne 13 bloquée le 21/10/04
22 octobre 2004, par ode
6. > La couleur pourpre
22 octobre 2004, par PccMan
7. > La couleur pourpre
22 septembre 2004

Engager une nouvelle discussion

 
La couleur pourpre : question(s)
24 février 2006, 14:43 • par portix  

Je profite de cet espace pour poser une question qui me turlupine : parfois quand je prends la ligne 14 TOUS les signaux le long du parcours sont au violet, et pourtant la rame circule comme si de rien n’était... je me demandais comment c’était possible étant donné qu’un signal violet provoque l’arrêt de la rame d’après cet article, et annexement pourquoi tout est au violet de temps en temps.

Ah oui et tant que j’y suis : pourquoi avoir choisi le violet pour les signaux rouges sur la 14 ? la visibilité du violet est très mauvaise, c’est à peine si on voit un vague halot à distance dans les tunnels, ça se détache pas du tout du fond noir. Je sais bien que ça sert pas souvent vu que c’est un piti automate qui pilote l’engin, mais il a fallu que ce soit une décision fondée et argumentée, sion je pense que le rouge aurait été choisi d’office... donc il doit y avoir une raison derrière ce choix mais j’avoue que je vois pas.


La couleur pourpre : question(s)
24 février 2006, 14:52  

Peut-être que d’éventuels capteurs sur la rame font mieux la différence entre vert et violet que vert et rouge.

Sinon, voir tous les signaux violets dans son sens de parcours, bizarre...


La couleur pourpre : question(s)
24 février 2006, 15:39 • par vb2n  

Je suis sûr que la réponse est quelque part sur le site. Pour le violet, c’est juste pour ne pas effrayer les voyageurs (Parceque si c’était rouge, le voyageur lambda penserait que la rame a perdu tous les points de son permis de conduire tellement elle grille de feux).

Si la rame franchie des feux violets, j’imagine que c’est parqu’elle obéit à des cantons virtuels qui ne sont pas délimités par des feux (Virtuel, en fonction de la possition des autres rames et qui évolue tout le temps). Les feux violets ne doivent être là que si il y a besoin de recourir à la conduite manuelle, qui a besoin de cantons fixes délimités par les feux. Parcequ’à ma connaissances, on n’a pas créé d’interface plus performant entre le cerveau et le PCC de météor.


La couleur pourpre : question(s)
24 février 2006, 15:52 • par Maxximum  
Sauf erreur, il me semble avoir remarqué que le signal passe au vert une fraction de seconde avant que la rame ne le franchisse. Il faut être vraiment en tête les yeux fixés vers le haut pour le voir !

La couleur pourpre : question(s)
24 février 2006, 16:21 • par Alain  

Je confirme :

Et c’est surtout flagrant au départ en station, on voit d’abord le feu blanc indiquant que toutes les portes sont closes, puis le violet passer au vert quand la rame démarre, il repasse donc au violet presque immédiatement. A pleine vitesse dans le tunnel, ce n’est pas évident à percevoir.

Pourquoi violet ? J’imagine, comme VB2N, que c’est pour des raisons psychologiques : je vois bien les blocages induits par tel ou tel se paniquant en voyant sa rame franchir un feu rouge et se précipitant sur le signal d’alarme ! Et puis, n’oublions pas que le violet est la couleur du signal carré en voies de manœuvres, donc ça reste cohérent, quelque part ...

Donc, à mon sens, pas besoin de capteurs, tout doit de faire, j’imagine, par communications voie-rame, tout comme pour le pilote automatique qui équipe les lignes classiques, vous voyez, cette bande continue caoutchouteuse qui court ente les rails.

Par contre, je n’ai toujours pas compris la fonction de ces panneaux blancs fixés en hauteur sur lesquels rebondissent des éclairs laser rouge ; on ne les voit qu’entre Madeleine et Saint-Lazare ; raison pour laquelle ils me laissent perplexes ??

Un vieux gamin de 52 berges qui n’aime rien tant que se poster en tête de rame dans Météor, ;<)) ... Et qui regrette qu’on ne puisse plus le faire dans les matériels classiques, métro comme RER les vitres ont été opacifiées, faut vraiment des conditions de lumière particulières pour voir quelque-chose ; pourquoi traumatiser ainsi les gosses (même grands) qui adorent jouer au métro ?? ;<))


La couleur pourpre : question(s)
24 février 2006, 20:54 • par Cramos  

Pourquoi violet ? J’imagine, comme VB2N, que c’est pour des raisons psychologiques :

Cela m’étonnerait bien ! Un voyageur qui voit une rame franchir un feu rouge, il s’en fou ! Il ne connaît pas la signalisation !

Et puis, n’oublions pas que le violet est la couleur du signal carré en voies de manœuvres, donc ça reste cohérent, quelque part ...

Enfin bon, le carré des voies de manœuvres, c’est à la SNCF. Météor, c’est RATP, et RATP-métro, et non RATP-RER.


La couleur pourpre : question(s)
24 février 2006, 22:15 • par Alain  

Heu, Cramos, ...

Un voyageur qui voit une rame franchir un feu rouge, il s’en fout ! Il ne connaît pas la signalisation

 ! Je te renvoie à mon propre message :

Un vieux gamin de 52 berges qui n’aime rien tant que se poster en tête de rame dans Météor, ;<)) ... Et qui regrette qu’on ne puisse plus le faire dans les matériels classiques, métro comme RER les vitres ont été opacifiées,

Alors, on sait quand même un peu comment ça se passe ; ne nous prenez pas QUE pour des billes ...

Enfin bon, le carré des voies de manœuvres, c’est à la SNCF. Météor, c’est RATP, et RATP-métro, et non RATP-RER.

Oui, j’ai oublié de préciser que c’est une norme SNCF : sur voies principales on arrête un mouvement sur du rouge, sur voies de manoeuvre ou de garage sur du violet. Je vais même t’expliquer pourquoi la voie libre sur voies principales est devenue verte alors que sur voies de manœuvre ou de garage c’est resté blanc : tout bêtement parce que sur voies principales, les premiers signaux électriques donnaient voie libre sur un feu blanc ; et avec la généralisation progressive de l’éclairage urbain (surtout à proximité immédiate des voies), les meccanos ne savaient plus, selon les conditions météo, faire la différence entre toutes ces sources blanches, d’où l’apparition du vert pour signaler la voie libre.

Ceci pour dire que le système SEAT, si j’ai bonne mémoire, qui pilote METEOR n’est pas un pur produit de la RATP mais a été développé en commun avec SIEMENS ; big enterprise habituée à travailler avec un grand nombre d’opérateurs ferroviaires, dont la RATP et la SNCF, en conséquence de quoi je ne vois pas ce qui empècherait d’utiliser un feu violet au lieu d’un rouge, non seulement dans un but psychologique comme nous le pensons avec VB2N, mais aussi tout bêtement parce qu’ils sont destinés à des manœuvres manuelles en cas de big problème d’exploitation. Ca parait cohérent, je le répète.

Alors, plutôt que de rire à bon compte du béotien, explique-nous comment fonctionnent exactement ces systèmes METEOR ou SACEM sur le RER A, s’ils utilisent entièrement ou partiellement le concept de "canton flottant", et last but not least pourquoi dans le métro classique ou le RER (MI 79 et 84) il est de plus en plus impossible de "jouer au conducteur" derrière la vitre (opacifiée) qui sépare l’espace public de la loge du conducteur (quand celui-ci ne s’ingénie pas à boucher la vue en y pendant sa veste !)

Merci d’avance pour toutes les réponses attendues ... Thanks a lot !


La couleur pourpre : question(s)
24 février 2006, 22:41 • par Alain  

Et least but not last :

Par contre, je n’ai toujours pas compris la fonction de ces panneaux blancs fixés en hauteur sur lesquels rebondissent des éclairs laser rouge ; on ne les voit qu’entre Madeleine et Saint-Lazare ; raison pour laquelle ils me laissent perplexes ??

Avec une petite erreur ou omission : je crois me rappeler qu’on constate aussi ces flashs laser rouges à Bibliothèque, faudra que j’aille vérifier, RDV lundi soir, si vous voyez une tête d’abruti à moustaches blanches émerger d’une parka à capuche en train de s’écarquiller les œils à l’avant d’une rame METEOR lundi après-midi ne vous inquiétez pas, ce ne sera QUE moi ... ;<))


Ces sacrés panneaux blancs
1er mars 2006, 22:12 • par Alain  

Bonsoir à tous,

Je reviens sur ces drôles de panneaux, je devais le faire lundi soir mais j’ai eu une urgence d’ordre personnel, bon ...

Donc, il s’agit de ces panneaux carrés, quadrillés et semble-t’il vitrifiés que l’on repère à première vue :

1)_dans la profondeur du tunnel en arrière-station de Bibliothèque ;

2)_ dans le tunnel en courbe entre Madeleine et Saint-Lazare ;

3)_ dans la profondeur du tunnel en arrière-station de Saint-Lazare.

On voit bien rebondir sur ces panneaux des flashs de laser rouge toutes les, on va dire une à deux secondes.

On se dit : bon, ça concerne le retournement des rames aux terminus (Madeleine ayant fait office de terminus pendant longtemps). Dans ce cadre, on se met à penser que Châtelet et Gare de Lyon ne pourraient pas servir de terminus intermédiaire en cas de gros problème, puisque, bien qu’équipées d’un dispositif de changement de voies (aiguilles entre voie montante et voie descendante), on n’y voit pas ces fichus carrés blancs-quadrillés-vitrifiés dans le tunnel, ce qui, entre parenthèses, ne semble pas permettre une exploitation partielle en cas de gros problème sur l’une ou l’autre partie de la ligne ; on se dit : Ah ben crotte alors.

Et puis... En y regardant de plus près :

1)_On repère ces fameux panneaux en pleine station, fixés sur les passages piétons supérieurs qui traversent les stations à Saint-Lazare, Madeleine, et si je me souviens (mal) Pyramides ou Châtelet ; faudra que j’y retourne.

2)_ Et dans ces cas, on repère aussi les sources laser : elles sont AU-DESSUS du toit des rames. Donc, à priori, les rames n’ont pas d’influence sur ces dispositifs.

Technicien depuis plus de trente ans, je ne sais plus si c’est un aventage ou un inconvénient ; mais je n’arrive vraiment pas à piger la fonction de ces panneaux-blancs-quadrillés-vitrifiés-sur lesquels rebondissent des éclairs laser rouge ... Help, au secours et ne nous laissez pas mourrir idiots ! ;<))

Et aussi, toujours, un article sur le SAET qui gère METEOR ; et les bonnes raisons qui opacifient progressivement les vitres de séparation entre les loges de conduites métro RER et l’espace voyageurs ... Thanks a lot in advance, comme on dit à l’autre bout du Channel Tunnel !


Ces sacrés panneaux blancs
2 mars 2006, 09:14 • par droopyann  

Bonjour à tous,

J’ai peut-être une piste quand à l’opacité progressive qui touche les vitres de séparation. Il est possible que les conducteurs en ai eu marre de se sentir observer à longueur de journée. Personnellement, je crois que ça ne me plairait que moyennenement d’avoir quelqu’un qui "zieute" dans mon dos alors que je suis en train de travailler.

Maintenant, c’est vrai qu’en tant que voyageur, j’adore me mettre contre la vitre et voir tout ce qui se passe, et dans la cabine de conduite, et dans les tunnels.

En fait, il faudrait un système identique à celui des bus, avec un espace pour les voyageurs, et un espace pour le conducteur, mais dans ce cas là, adieu la symétrie, et donc adieu la réversibilité.


Ces sacrés panneaux blancs
2 mars 2006, 23:21  

Dans un train japonais que j’ai pris, il y a un système d’information par écran plat au bout de la rame. Quand cet écran n’affiche pas de desserte ou de renseignement utile, on a le droit à la caméra embarquée avant avec le compteur de vitesse dans le coin. C’est la ligne qui relie le centre-ville de Nagoya à l’aéroport Centrair.

Et sur d’autres modèles circulant sur cette même ligne, l’avant est à 2 niveaux avec la conduite en bas et une vitre passager en haut, et sur d’autres l’inverse.

S’ils prévoient de mettre en place ce fameux système d’information avec des écrans, un système comme ça serait le bienvenu pour certains.


Ces sacrés panneaux blancs
3 mars 2006, 22:03 • par Alain  

Il est possible que les conducteurs en ai eu marre de se sentir observer à longueur de journée. Personnellement, je crois que ça ne me plairait que moyennenement d’avoir quelqu’un qui "zieute" dans mon dos alors que je suis en train de travailler.

Ben ... Personne, à commencer par nous, ne doutant du professionalisme des mécaniciens aux commandes, il n’y a pas de raison qu’ils se sentent observés de façon négative... Ou alors faudrait-il admettre que se développe une parano contre des "controleurs fantomes" qui surveilleraient leur travail discrètezment derrière la vitre de séparation ?? J’espère, j’ose espérer qu’on n’en est pas rendu là ... Je sais bien, pour le vivre depuis 34 ans, que le monde du travail se dégrade et devient progressivement un vrai nid de vipères, m’enfin quand même ... même à la RATP ? j’aurais un peu de mal à le croire ...

Ca n’a quand même pas perturbé des générations de meccanos depuis un siècle, qu’il s’agisse de métro, ou de rames standard sur le réseau Ouest, ou des Z de la ligne de Sceaux, ou aussi des MI 79-84 du RER jusqu’à il n’y a pas si longtemps ...


Ces sacrés panneaux blancs
24 mars 2007, 19:39  
Moi je me contente de mettre les mains à coté des yeux et de coller mon visage contre la vitre et je vois tout !!

Ces sacrés panneaux blancs
24 septembre 2007, 09:23 • par Jarrax  

J’ai eu l’occasion de discuter avec des conducteurs de métro qui m’ont expliqués que les personnes qui se colle à la vitre son plutot appréciés puisqu’il semblent être interréssés...

Le soucis c’est que dès que le train entre sous tunnel (entre quasi toutes les stations) : le jeux des lumières intenses de la partie voyageur et l’obscurité du tunnel crée une gêne visuelle importante.

En effet, l’image de l’observateur collé à la vitre viens se refléter sur la face intérieur du pare brise et se superpose à la vue de la voie et des signaux sur lesquelles le conducteur dois toujours avoir un les yeux...

vous me direz que même lorsque personne n’y colle sa tête la reflexion dois se faire aussi mais une scènes de voyageurs en groupe est moins perturbante qu’un passionné qui fait une drôle de tête en gros plan...


Ces sacrés panneaux blancs
24 septembre 2007, 19:27 • par Cramos  

vous me direz que même lorsque personne n’y colle sa tête la reflexion dois se faire aussi mais une scènes de voyageurs en groupe est moins perturbante qu’un passionné qui fait une drôle de tête en gros plan...

Moi, si j’étais à la place d’un conducteur de métro, ce n’est pas l’image reflétée d’un passionné qui me troublerait... Mais d’une passionnée !


Ces sacrés panneaux blancs : des détecteurs incendie ?
29 août 2006, 11:47 • par portix  

Ces panneaux blancs servant à renvoyer des lasers semblent être des détecteurs d’incendie (enfin de fumée). En tout cas c’est ce que laisse penser une petite plaque situé sous l’un de ces panneaux à Bibilothèque.

Je pense qu’en cas de fumée la lumière du laser est absorbée et ne peut plus revenir vers le détecteur, ce qui déclenche une alarme.


La couleur pourpre : question(s)
24 février 2006, 23:19 • par Cramos  

Alors, on sait quand même un peu comment ça se passe ; ne nous prenez pas QUE pour des billes ...

Oui, mais toi, tu ne tireras pas le signal d’alarme sur un rouge. Tu chercheras à connaître la raison de cette situation. Car toi, tu es passionné, bref tu t’intéresses à la chose. Mais pour l’utilisateur lambda des transports, il s’en fou !!! Et même s’il connaissait la signification, il n’est pas sur qu’il mesurerait toutes les conséquences d’un signal fermé franchi.

La preuve : il n’y a qu’à voir les feux rouges que les conducteurs de bus grillent régulièrement. Je n’ai jamais vu un seul voyageur venir lui dire qu’il mettait en danger sa vie. Au contraire, il est content d’avoir gagné du temps... comme le machiniste.

Sinon, tu connais la signalisation lumineuse du disque à la SNCF ? C’est un rouge et un jaune horizontal. Tu connais les X2200 ? Il y a une vue sur la voie depuis l’espace voyageur. Je n’ai jamais entendu parlé d’un voyageur ayant tiré le signal d’alarme sur les nombreuses vois uniques qu’arpente/arpentait cet autorail lorsqu’il franchissait ce signal.


La couleur pourpre : question(s)
25 février 2006, 00:11 • par Alain  

Oui, mais toi, tu ne tireras pas le signal d’alarme sur un rouge. Tu chercheras à connaître la raison de cette situation. Car toi, tu es passionné, bref tu t’intéresses à la chose. Mais pour l’utilisateur lambda des transports, il s’en fou !!!

Merci, ô grand merci de le reconnaître ! Mais je vois bien que je ne suis pas le seul, et vasavoir ce qui peut se passer dans la tête des autres, plus ou moins aussi bien passionnés que moi ...

il n’y a qu’à voir les feux rouges que les conducteurs de bus grillent régulièrement. Je n’ai jamais vu un seul voyageur venir lui dire qu’il mettait en danger sa vie. Au contraire, il est content d’avoir gagné du temps... comme le machiniste.

Oui, çà aussi je l’ai constaté plus d’une fois. Mais on voit beaucoup moins de voyageurs s’incruster à l’avant d’un bus comparé à ceux qui se collent le nez à la vitre de la cabine de conduite d’un MI 84 ou d’un MF 77 ... Et puis, c’est idiot à dire, mais bagnole contre bus, c’est généralement le bus qui gagne, dans l’absolu, d’où la passivité des voyageurs éventuellement témoins du délit ... Franchement, je vais te dire : Je n’ai jamais rien dit non plus, parce que j’ai souvent vu le comportement des utilisateurs de bus (et pas que des jeunes, loin de là !!) et je peux comprendre que parfois ... ils doivent regretter le temps des bus à plate-forme (j’ai connu !) où le conducteur était isolé d’une clientèle elle-même plus respectueuse et où le controleur à l’arrière s’amusait à prendre les gamins (comme moi !) dans leurs bras pour tirer la chainette qui donnait le signal de départ au-dit conducteur !! Ah, douces années années 50-60-70 ... où on pouvait admirer un mec en bleu de chauffe, clope au bec, qui domptait les rames Sprague du métro entouré d’étincelles invraisemblables dans sa loge de conduite ! Parce que faut expliquer aux jeunes qu’à l’époque il n’y avait aucune électronique, tout fonctionnait par relais électro-mécaniques, et ça te produisait parfois un putain de feu d’artifice, et le mec, dans son bleu de chauffe et sa clope au bec, imperturbable, je te jure que c’était un spectacle !

Sinon, tu connais la signalisation lumineuse du disque à la SNCF ? C’est un rouge et un jaune horizontal. Tu connais les X2200 ? Il y a une vue sur la voie depuis l’espace voyageur

. Yeap ! une X2200, pas plus tard qu’il y a 6 mois sur Brives-Rodez (enfin, bon, pour moi jusqu’à Assier ;<)) ). Et puis un disque, si je me souviens bien, c’est franchissable, c’est même clignotant, (je m’avance, là ?), en touscas ce n’est pas un carré, pas un arrêt absolu...donc ...

En tous cas, encore merci pour ta compréhension. Alors, qui va nous expliquer le SEAT de METEOR ? Le SACEM du RER A ? Cantons flottants ou pas ? Pourquoi cette opacification des cabines de conduites métro et RER ? Pourquoi ces panneaux au plafond du tunnel de METEOR qui captent des flashs de laser rouge ? Pourquoi METEOR ne reprend pas la branche Gennevilliers de la 13 et celle de Villejuif de la 7 ? Heu, non, là, on s’égare (d’Austerlitz) ;<))


La couleur pourpre : question(s)
25 février 2006, 00:29 • par Cramos  

en tous cas ce n’est pas un carré, pas un arrêt absolu...donc ...

Mais l’utilisateur lambda ne le sait pas. Et il ne s’affole par pour autant.

mais bagnole contre bus, c’est généralement le bus qui gagne,

Il n’y a pas que des bagnoles dans Paris (et ailleurs). Il y a des belles camionnettes qui peuvent rivaliser avec le bus...

Ah, douces années années 50-60-70 ...

Heureusement que je n’ai pas connu. Car quand je vois le peu de personnel aujourd’hui, j’en serais devenu malade !

je te jure que c’était un spectacle !

Oh que je te crois !

Alors, qui va nous expliquer le SEAT de METEOR ? Le SACEM du RER A ?

Pour le SACEM, tu n’as pas à aller bien loin. Voici un lien "caché" : http://www.metro-pole.net/expl/sacem/


La couleur pourpre : question(s)
25 février 2006, 19:47 • par Alain  

Super !

C’est quand qu’il sera fini et en ligne ? j’en salive d’avance ! Ce qui est déjà écrit est tout-à-fait passionnant ! Qui est sur ce coup ? ce n’est pour l’instant pas signé ... Jeff ? Qu’on ne voit plus céans, d’ailleurs, il est si et tant pris par "Le Rail" ? Toujours aussi intéressant d’ailleurs .

Encore Merci, Cramos !


La couleur pourpre : question(s)
25 février 2006, 22:54 • par Cramos  

ce n’est pour l’instant pas signé ... Jeff ?

Si, si, c’est lui. Entre autres.

il est si et tant pris par "Le Rail" ?

Tiens ! Vous êtes au courant ? Vous avez vu juste. Mais d’ici peu, son travail sera fini.


La couleur pourpre : question(s)
26 février 2006, 23:35 • par Alain  

il est si et tant pris par "Le Rail" ?

Tiens ! Vous êtes au courant ? Vous avez vu juste

Yeap ! Dommage que la diffusion soit confidentielle, on ne le trouve pas partout, loin de là, (pour ceux que çà intéresse, "Le Rail", je ne le trouve systématiquement qu’au RELAY de la gare TGV de ROISSY-CDG, et j’habite Cergy, pour dire ...) ; et c’est bien dommage parce que c’est bien touffu et bien foutu ! (non, sans jeu de verlan, malgré les apparences ;<))

C’est autre chose que la vie du rail !


La couleur pourpre : question(s)
26 février 2006, 21:01  

e vais même t’expliquer pourquoi la voie libre sur voies principales est devenue verte alors que sur voies de manœuvre ou de garage c’est resté blanc : tout bêtement parce que sur voies principales, les premiers signaux électriques donnaient voie libre sur un feu blanc ; et avec la généralisation progressive de l’éclairage urbain (surtout à proximité immédiate des voies), les meccanos ne savaient plus, selon les conditions météo, faire la différence entre toutes ces sources blanches, d’où l’apparition du vert pour signaler la voie libre.

Si je me souviens bien, les premiers signaux étaient des disques. Afin de permettre de les voir la nuit une lampe blanche était placée sur le mat. Quand le signal était activé le disque pivotait pour se trouver devant la lampe et un verre colorait la lumière en rouge (la couleur rouge a été choisie parceque cette couleur est une longueur d’onde peu absorbée par le brouillard). Du coup par extension la couleur blanche signifiait que la voie était libre, ce qui a posé problème, des lumières d’habitation, d’éclairage public, autour de la voir parasitait la perception es signaux (il semblerait qu’il y ait eu une époque de "chasse aux lumières" par les cheminots autour des voies). Il a alors été décidé de colorer le signal "voie libre" en vert (couleur éloignée du rouge et également peu absorbée par le brouillard au contraire du bleu ou du violet). Les couleurs blanche et violete ont été attribuées aux manoeuvre car leur perception ne posait pas de problème à ces vitesses.


La couleur pourpre : question(s)
26 février 2006, 23:22 • par Alain  

Voilà qui est bien mieux exposé que mon résumé, le fond restant avéré ; dommage que le message soit anonyme, je ne sais donc qui remercier de vive réponse !

Sinon, si j’ai bien compris, le système SACEM repose sur une redivision en sous-cantons des cantons existants, je résume, voir le lien donné par Cramos, c’est pas mal foutu ! Donc ce n’est pas du "canton flottant", ou mouvant, ou virtuel ; la multiplicité des appelations tendrait à prouver que le concept n’est pas encore complètement abouti ?

Reste donc à savoir comment fonctionne l’automatisme de METEOR, et surtout la fonction de ces panneaux plafonniers sur lesquels rebondissent des flash laser rouge ; la tête d’abruti à moustaches blanches engoncée dans une parka à capuche sera bien demain à partir de 17 heures en tête des rames METEOR pour rencenser ces panneaux, n’ayez pas peur et ne tirez pas le signal d’alarme à la vue du monstre ! ;<))


La couleur pourpre : question(s)
1er mars 2006, 22:22 • par Alain  

c’est surtout flagrant au départ en station, on voit d’abord le feu blanc indiquant que toutes les portes sont closes, puis le violet passer au vert quand la rame démarre, il repasse donc au violet presque immédiatement. A pleine vitesse dans le tunnel, ce n’est pas évident à percevoir.

Hé ben c’est faux... Lors de mes allers-retours lundi, j’ai vu que, au moins à "Saint-Emilion", le feu ne bascule pas ni dans un sens (vers St-Laz.) ni dans l’autre (vers Biblio.) Donc la rame BRULE le feu. Piège à cons pour militaire isolé, ou est-ce que ces feux violet (qu’on pourrait donc croire limités aux circulations manuelles) sont-ils isolés du fonctionnement normal de l’automatisme ??


La couleur pourpre : question(s)
2 mars 2006, 13:26 • par portix  

Hé ben c’est faux... Lors de mes allers-retours lundi, j’ai vu que, au moins à "Saint-Emilion", le feu ne bascule pas ni dans un sens (vers St-Laz.) ni dans l’autre (vers Biblio.) Donc la rame BRULE le feu.

Ah ah ! Comme quoi j’avais bien vu ce phénomène ! Ce qui renvoie à ma toute première question : l’article indique qu’un signal violet provoque l’arrêt automatique de la rame, est-ce que cette fonctionnalité a été supprimée (signalisation et automatisme étant totalement déconnectés) ? Je me rappelle qu’avant quand je regardais tout les feux étaient au vert et depuis une date assez récente ils semblent tous au violet...


La couleur pourpre : question(s)
3 mars 2006, 22:10 • par Alain  

l’article indique qu’un signal violet provoque l’arrêt automatique de la rame, est-ce que cette fonctionnalité a été supprimée (signalisation et automatisme étant totalement déconnectés) ? Je me rappelle qu’avant quand je regardais tout les feux étaient au vert et depuis une date assez récente ils semblent tous au violet...

Tout pareil ...

C’est agaçant, hein ? Me suis fais avoir aussi, en fin de compte, je n’y prêtai plus attention, les choses me semblaient gravées dans le marbre, et puis voilà ...

Bon ben, il n’y a plus qu’à attendre l’article fouillé (semble-t’il attendu pas que par moi) sur le fonctionnement de METEOR ... Très franchement, j’en ai envie !


La couleur pourpre : question(s)
24 février 2006, 16:29 • par portix  

Sauf erreur, il me semble avoir remarqué que le signal passe au vert une fraction de seconde avant que la rame ne le franchisse. Il faut être vraiment en tête les yeux fixés vers le haut pour le voir !

Ah oui ça pourrait être une bonne raison, à chaque fois que j’ai vu ce phénomène j’étais loin dans la rame. Je regarderais plus attentivement. Il y a peut-être parfois des régimes d’exploitations qui obligent à laisser les signaux au violet jusqu’à ce que le train arrive dessus.

Si la rame franchie des feux violets, j’imagine que c’est parqu’elle obéit à des cantons virtuels qui ne sont pas délimités par des feux

C’est un peu contradictoire avec l’article ci-dessus qui indique justement qu’un feu bloqué au violet provoque l’arrêt des rames.

Pour le violet, c’est juste pour ne pas effrayer les voyageurs

C’est une théorie ou une information ? ;-)

En tout cas merci pour vos info.


La couleur pourpre : question(s)
24 février 2006, 17:26  

J’ai pris le VAL à Toulouse, il n’y a des feux qu’en entrée et sortie de station, les lampes sont rouge et orange. Bien sûr, ce n’est pas rouge quand la rame en franchit un.

Et dans le Maggaly à Lyon, il me semble que je n’ai pas vu de feux du tout !

Météor bloqué !
23 février 2006, 23:19 • par Lechat78  

Bonsoir,

Ce soir 23 février aux environs de 16H45 j’ai pris Météor à la gare de Lyon pour me rendre à la gare St Lazare. Lorsque je suis arrivé en haut des escaliers, une rame partait en direction de St Lazare. Inutile de courrir donc. Sur l’autre voie, un météor à destination de la BFM était immobilisé à quai. J’ai descendu les escaliers tranquillement, et lorsque je suis arrivé sur le quai quelque chose d’inhabituel a attiré mon attention. Des voyageurs attendaient devant les portes palières qui restaient closes. Même chose à l’intérieur de la rame. C’est bloqué ai je demandé à une voyageuses. Elle me répondit d’un hochement de la tête. 10, 15 secondes s’écoulent, il ne se passa rien. Au bout de la 20ème seconde à peut près les portes s’ouvrirent enfin. Puis ensuite le métro repris sa marche normale. Entre le moment ou j’ai eu visuel sur la rame depuis le haut des escaliers, et le moment ou les portes se sont ouvertes, il a du se passer entre 45 secondes et une minute. Qu’est ce qui a bien pu provoquer ce disfonctionnement ? Y a t’il eu une intervention depuis le PCC ? Comment ça se passe lorsque des voyageurs sont bloqués dans les portes, ou lorsque qu’il y a un problème comme ça ?

Merci à tout ceux qui pourront m’apporter une explication.


Météor bloqué !
23 février 2006, 23:51 • par Cramos  
Incroyable ! Mais je devais être dans la rame. Tu arrivais depuis quel côté ? Parce que en tête de la rame se rendant vers BFM, une abrutie de voyageuse avec une valise voulu absolument monter dans la rame alors que les portes se refermaient. Valise et corps bloqués. Après en effet quelques secondes, toutes les portes se sont réouvertes, puis refermées et le MP89CA a repris sa marche normale. Reste à être sur que j’étais bien dans la rame à 16h45 (mais après vérification sur mon APN, cela devrait être ça ! On s’est frôlés !).

Météor bloqué !
24 février 2006, 10:03  

Une abrutie de voyageuse avec une valise voulu absolument monter dans la rame alors que les portes se refermaient. Valise et corps bloqués.

J’ai l’impression que ceci est la cause de la majorité - ou au moins d’une grande part - des problèmes sur la 14 !


Météor bloqué !
24 février 2006, 10:45 • par Le_chat78  

Et bien la voila l’explication Cramos ! Les agents du PCC sachant qu’on se frolerait on tout fait pour que nos chemins se croisent. Ils ont donc provoqué ce problème de fermeture de porte pour me laissé le temps d’arrivé. Je suis arrivé par la queue de la rame, mais comme un con j’y suis resté ! Toi Cramos tu étais en tête. Comme ils ont vu que je n’étais pas décidé à remonter la rame jusqu’en tête, ils ont fini par envoyer la rame quand même pour ne pas planter les rames suivantes derrière ! :op

Plus sérieusement, je crois en effet que c’était la rame dans laquelle tu étais Cramos, car quand je dis que des voyageurs attendaient que les portes s’ouvrent, ils n’y en avaient pas beaucoup. Quand les portes se sont ouverte seulement 2 ou 3 voyageurs sont monté, et personne n’est descendu ce qui la aussi m’a étonné. Mais tout s’explique, les voyageurs devant descendre étaient déjà descendu.

Dommage Cramos que nous sommes raté de si peu, mais ne sachant pas à quoi tu ressembles et réciproquement on aurait pu se croiser sans le savoir... La prochaine fois, et a condition de se renconaitre, je t’inviterai à boire un verre histoire de discuter de nos passions communes ! :op


Météor bloqué !
24 février 2006, 21:03 • par Cramos  

Quand les portes se sont ouverte seulement 2 ou 3 voyageurs sont monté,

Tellement surpris que les portes se rouvrent !

et personne n’est descendu ce qui la aussi m’a étonné. Mais tout s’explique, les voyageurs devant descendre étaient déjà descendu.

Là, c’est logique ! ;)

La prochaine fois, et a condition de se reconnaître, je t’inviterai à boire un verre histoire de discuter de nos passions communes ! :op

Je vais porter désormais un fluo avec écrit Cramos en gros dessus !


Météor bloqué !
23 février 2006, 23:59 • par Timeso’  
Je pense ça arrive parfois. Je me souviens une fois etre descendu à Pyramides et le métro a fermer ses portes mais les portes palières sont restées ouvertes, sans raison puisqu’aucun voyageur n’avait forcé ces dernières. Au bout de 3 ou 4 minutes elles se sont fermées et le train a repris sa marche.

Météor bloqué !
24 février 2006, 20:58 • par Cramos  
J’ai en effet aussi constaté cela. Les portes palières attendent on ne sait pas pourquoi plusieures longues secondes avant de se refermer.

> La couleur pourpre
24 octobre 2004, 22:04 • par Jean-Louis Boulanger  

Ce qui est le plus marquant dans cette histoire c’est la notion de "bug logiciel". Il serait intéressant de nous dire si un bug a été isolé ou non.

Connaissant bien le système SAET-METEOR je suis un peu surpris. ce bug est-il un BUG initial (avant extension) ou un bug introduit par la nouvelle section ....


> La couleur pourpre
25 octobre 2004, 08:37 • par PccMan  

Il ne s’agit absolument pas d’un bug système. Au contraire, le SAET a parfaitement rempli sa fonction...

"L’incident" a été provoqué par la fonte d’un fusible du signal de manoeuvre 0811. De ce fait le SAET n’autorisait plus le franchissement en conduite automatique de ce signal : La seule solution était de franchir le signal en conduite manuelle.


> La couleur pourpre
9 novembre 2004, 17:25  

Premièrement je n’ai parle que de BUG LOGICIEL et non de BUG SYSTEM.

Le texte n’est pas si clair sur "fonte d’un fusible", on trouve dans le texte "le signal 0811, ..., qui est bloqué au rouge".

on trouve d’ailleurs dans la fin du document "pour résoudre un incident semble t-il purement logiciel" ....

Donc soit il y a un BUG logiciel et la question reste posée (nouveau bug ou non) soit il n’y en a pas et je suis surpris qu’une fonte de fusible écroule un système.....


Origine de l’incident
9 novembre 2004, 20:14 • par Jeff :o)  

Bonsoir,

C’est bien un fusible fautif qui est à l’origine de l’incident ; cette information ne m’était pas connue au moment où j’ai écrit l’article (et personne n’a particulièrement cherché à le clamer ensuite, on s’en doute).

Le fusible n’a pas « écroulé un système » : il a simplement bloqué au rouge un signal, dont le SAET a donc (logiquement) interdit le franchissement.

Les conséquences sur l’exploitation sont autre chose ; si on avait plus souvent le fin mot des incidents, on se rendrait compte que ce sont régulièrement des petits grains de sable comme celui-là qui provoquent de grosses perturbations...

En tout état de cause, le SAET a continué de fonctionner, et les procédures d’exploitation dégradée se sont révélées adéquates.

Cordialement,
Jeff :o)

> La couleur pourpre
23 octobre 2004, 08:46 • par Hugues  
Il faut quand même reconnaître que le simple fait de parler des incidents sur la 14 démontre la très haute fiabilité de cette ligne.

ligne 13 bloquée le 21/10/04
22 octobre 2004, 22:35 • par ode  
J’ai été bloqué hier sur la ligne 13 entre Montparnasse et Gaïté vers 16h30. On nous a annoncé une coupure de courant, puis après plusieurs minutes d’attente "un grave incident voyageur au plateau de Vanves". On nous a fait évacué les wagons un par un et j’aurais bien voulu savoir ce qui s’est passé... Si quelqu’un à des infos... Merci d’avance.

> ligne 13 bloquée le 21/10/04
22 octobre 2004, 22:49 • par Emmanuel  

Bonjour,

Voilà ce qui était indiqué sur Citéfutée.com :

Ligne 13 : En raison d’un accident grave de voyageur, le trafic est interrompu entre Montparnasse et Châtillon-Montrouge. Un service de navette de bus a été mise en service entre ces deux stations.

Je rappelle juste qu’accident grave=suicide.

Je suppose que ça répond à votre question.

Bonne journée,

Emmanuel


> ligne 13 bloquée le 21/10/04
24 octobre 2004, 16:53 • par Robin  
J’étais entre Etienne Dolet et Chatillon quand l’incident est survenu. On nous a annoncé un meurtre en gare de Chatillon Montrouge obligeant une coupure de courant jusque porte de vanve. Au bout d’une demi heure on nous a transbordé jusqu’au terminus.

> La couleur pourpre
22 octobre 2004, 21:05 • par PccMan  

Quand je pense qu’il y en a quelques uns qui auraient aimé y être...

J’y étais et je m’en serai bien passé.

J’étais le chef de poste au PCC cet après midi là.

Je ne sais pas d’où viennent tous les renseignements fournis (positions des navettes, heures de départ des navettes, etc...) mais je peux certifier que tout est exact. Entre autre, j’ai bien reconnu le superviseur pris en photo.

A bientôt sur la ligne 14 !


> 100% vérité
22 octobre 2004, 23:08 • par Cramos  

Je ne sais pas d’où viennent tous les renseignements fournis

Capteur : 2 yeux et 2 oreilles

Analyseur : matière grise

Mémorisation : 1 crayon et 1 papier (enfin, c’est ce que j’aurais fait)

J’y étais et je m’en serai bien passé.

Ha ? C’est pourtant tellement rare sur la ligne .

> La couleur pourpre
22 septembre 2004, 22:16  

Super l’histoire !! Vraiment bien racontée. J’aurai voulu y être !  ;o) A plus.

François.


> La couleur pourpre
23 septembre 2004, 10:08 • par Lechat78  

Bonjour,

Oui moi aussi j’aurai aimé y être. ^_^ C’est pour cela que quand je prends le train ou le métro je monte toujours en tête. Comme ça en cas d’incident je suis au première loge. ^_^


> La couleur pourpre
23 septembre 2004, 13:24 • par Bedeau  
Oui c’ est très instructif, mais depuis les accidents d’ Auber et de Gare de Lyon je ne monte jamais dans les voitures d’ extrémité ! sans compter certains " presque accident " évités de justesse mais je n’ en dirait pas plus car les animateurs vont essayer de me censurer ! Quand on connait bien la RATP de l’ intérieur il ne faut pas dire certaines vérités que certains ne veulent pas entendre ou faire connaitre !! lol J B

> La couleur pourpre
24 septembre 2004, 21:26 • par illiade94  
histoire très bien racontée.Félicitations à tous les agents de la ligne 14 qui ont gérés cet incident. Par contre qui a t’il de mal à dire la vérité lorsqu’elle est vrai.Ce n’est pas une honte de gérer un incident dans la transparence(voir les trois problèmes de la semaine d’après un client),le public serait peut être plus compréhensif lorsqu’il y a un problème,ceci est aussi valable pour les autres moyens de transport automatiques ou manuels.Cela n’entâche en rien l’image positive de méteor auprès du public.

> La couleur pourpre
25 septembre 2004, 11:41 • par Bedeau  
Je suis entièrement d’ accord. C’ est intéressant de comprendre comment sont résolus les incidents. Je n’ ai pas d’ avis sur METEOR, le principal est que cela fonctionne quel que soit le système de train. J B

Index Actualités Réseaux & lignes Horaires Infos techniques Photos Ailleurs